KBC: un ralentissement économique

Tom Mermuys (photo), stratège en allocation d'actifs chez KBC, ne s'attend pas à une récession, mais à un ralentissement économique. L'équipe est prudente, ce qui se reflète dans l’allocation d’actifs.

Mermuys : « Nous nous attendons à ce que le ralentissement économique se poursuive pendant un certain temps. L'économie mondiale continue de ralentir, principalement sous l'impulsion de l'industrie, et se poursuit aux États-Unis également. Nous pouvons progressivement parler de récession industrielle. Le secteur des services en est affecté, mais il résiste encore bien. Le marché du travail continue de créer des emplois, mais à un rythme plus lent. L'incertitude entourant le Brexit et, surtout, la guerre commerciale demeurent les facteurs les plus importants et pèsent très lourdement sur l'industrie. Toutefois, même si les chiffres de croissance seront l'année prochaine nettement inférieurs à ceux de cette année aux États-Unis également, nous ne prévoyons pas de récession mondiale.

Plus prudents que d'habitude

Mermuys souligne que l'allocation d'actifs de l'équipe est donc plus prudente que d'habitude. « Nous sommes actuellement légèrement sous-pondérés en actions, ce qui traduit l'affaiblissement de la croissance économique que nous observons. Sur le plan régional, les États-Unis demeurent pour nous la meilleure région. En effet, la croissance absolue y est plus élevée qu'en Europe. Il s'agit encore d'une économie plus fermée que les économies européenne et asiatique, ce qui la rend moins vulnérable. Bien que les bénéfices des entreprises soient en baisse pour l'année prochaine, nous prévoyons qu'ils pourront augmenter encore davantage grâce à l'économie nationale et aux entreprises performantes. Il ne faut pas oublier non plus que la Fed a encore plus de marge de manœuvre que l'Europe. »

Sous-pondération des marchés émergents

Mermuys affirme que l'équipe est actuellement très prudente à l'égard des marchés émergents. « Nous y sommes sous-pondérés. Il s’agit d’une économie ouverte, très sensible au ralentissement du commerce mondial. »

Titres à revenu fixe

Dans le volet des titres à revenu fixe, l'équipe de Mermuys s'attend à peu de pression à la hausse sur les taux d'intérêt. « Nous nous trouvons dans un scénario ‘low for longer’. Cependant, la courbe de rendement est extrêmement plate, de sorte qu'il n'est pas rentable de prendre un risque de duration supplémentaire. Par exemple, il n'y a pratiquement pas de différence de taux d'intérêt entre les obligations à 10 ans et celles dont l'échéance est plus courte. Nous sommes donc sous-pondérés en obligations et maintenons une duration courte. La seule raison pour laquelle nous continuons à inclure des obligations d'État dans notre portefeuille est leur facteur stabilisateur. Lorsqu'il y a de mauvaises nouvelles sur les marchés boursiers, ces obligations jouent encore un rôle stabilisateur dans les portefeuilles. Malgré des taux d'intérêt généralement négatifs, elles restent donc des refuges sûrs. »

Obligations d’entreprises

Afin d'obtenir un certain rendement sur nos portefeuilles, nous allons investir dans des obligations d’entreprises, mais uniquement des obligations Investment Grade en Europe. Celles-ci offrent toujours un rendement courant supplémentaire de 1 à 1,5%. La répartition entre les catégories de notation est la suivante : BBB 50%, A 41,5%, AA 8% et AAA 0,5%. Nous n'allons pas investir dans des obligations à haut rendement. Nous sommes sous-pondérés en actions, et ces obligations sont encore fortement corrélées aux marchés actions. Nous n'avons pas non plus de dette des marchés émergents dans notre portefeuille. »